Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur

StratéBord a développé une expertise précise dans le domaine de la maintenance, en travaillant avec des clients d’envergure internationale dans le secteur portuaire (Bolloré Logistique Portuaire, GMP). La Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO) est un outil puissant pour structurer sa maintenance, encore faut-il l’implanter et l’utiliser à bon escient. Nous vous proposons de découvrir le mode opératoire de Stratébord : adapté à vos problématiques et objectifs, il vous permet une mise en place optimale et efficace de votre maintenance.

Bien structurer sa GMAO, pour réussir la fiabilisation et la baisse des coûts de maintenance.

Lorsque l’on implante une GMAO dans l’entreprise, l’objectif est évidemment d’améliorer la maintenance. Selon les entreprises, et les problématiques rencontrées, cet objectif se décline en plusieurs sous objectifs dont l’importance dépend du degré de maturité et des problèmes rencontrés par les organisations concernées. C’est grâce à une analyse préalable que ces objectifs pourront être précisés et que les orientations du développement et de la mise en place seront établies.

La mise en place d’une GMAO répond à des objectifs multiples, mais surtout adaptés selon les besoins spécifiques du client !

Cependant, quels que soient les objectifs poursuivis, la qualité des informations contenues dans la GMAO, conditionne l’adhésion des utilisateurs, et la pertinence des analyses qui seront faites. Ceci impacte directement l’atteinte des objectifs poursuivis. Il est donc indispensable de structurer les données de la GMAO avec la plus grande attention.

L’Arborescence technique : le cœur du système !

Toutes les GMAO sont fondées sur une description technique du patrimoine à maintenir. Cette description prend la forme d’une arborescence comme montré sur la figure 1. Grâce à cette arborescence, l’utilisateur renseignera et retrouvera les informations dont il a besoin :

  • Fiches techniques,
  • Plans,
  • Préventif,
  • Historiques de pannes,
  • Pièces de rechange.
arbo-1

Figure 1 : Exemple d’une arborescence à 4 niveaux

Il faut apporter le plus grand soin à l’élaboration de l’arborescence technique car ensuite, tous les éléments de la GMAO s’y accrochent. Une mauvaise définition au départ aura des répercutions tout au long de la vie de l’applicatif et sera difficile à corriger.

La question qui se pose alors est ‘Quel est le nombre de niveaux optimal pour l’arborescence ?’.

Certains militent pour une arborescence très réduite. Ils y voient une simplification des saisies et pensent que ce sera favorable pour l’efficacité de l’utilisation. Cela peut être vrai sur certains équipements simples, ou à faible enjeu stratégique. Cependant, dès lors que l’on traite des équipements complexes, il est nécessaire que l’arborescence soit détaillée et précise.

Pour les équipements complexes, croire qu’une arborescence simple est un gain de temps et une erreur. En effet, lorsqu’un exploitant, ou un technicien de maintenance veut créer une demande d’intervention, il devra localiser sa demande sur un élément de l’arborescence. Si celui-ci est imprécis, il devra obligatoirement décrire dans sa demande, la localisation du problème (voir Figure 2). Pour cela, il passera du temps, et utilisera son propre vocabulaire. Il ne sera pas forcement compris par ses collègues qui seront obligés de le réinterroger pour en savoir plus.

Figure 2 : Arborescence simple – Libellé demande de travail plus complexe et long à écrire

 

Au contraire, une arborescence détaillée permet au demandeur de localiser le problème sans ambiguïté, et de consacrer très peu de texte pour décrire le problème (voir Figure 3).

Figure 3 : Arborescence détaillée – Libellé demande de travail simple et précis

Ces remarques sont aussi valables pour les historiques, les fiches techniques, le préventif, et toutes les fonctionnalités de la GMAO. Pour les entreprises qui ont du matériel identique sur plusieurs sites, une arborescence détaillée permet également un partage d’informations qui peuvent s’avérer cruciales. Dans l’exemple précédent, il est nécessaire que tous les sites possesseur du même matériel soient informés précisément de la localisation d’une fissure découverte par leurs collègues.

 En Conclusion :

Véritable changement dans les modes de fonctionnement des équipes, l’implantation d’une GMAO nécessite une prise en compte des besoins des utilisateurs. Souvent, ces derniers ne souhaitent pas ‘trop’ changer leurs habitudes et demandent une mise en place minimaliste de ce nouvel outil. Il est essentiel de ne pas passer à côté de certains fondamentaux pour la création de la base de données de la GMAO. L’arborescence technique est l’élément principal de cette base de données. Elle en est le squelette, c’est pourquoi il est indispensable qu’elle soit créée avec la plus grande attention, et avec un niveau de détail suffisant.

Ce que nous proposons :

Forts de notre expérience en la matière, nous mettons en place les arborescences techniques, les fiches techniques, les pièces de rechanges et les plans de préventif dans des délais cours. Si, par ailleurs, cette opération est menée de manière concomitante avec l’acquisition d’une nouvelle machine, votre GMAO sera opérationnelle en même temps que la machine, les historiques et le suivi des périodes de déverminage n’en sera que plus efficace.

Pour en savoir plus, ou si vous avez des questions, contactez nous : contact@stratebord.fr

Ils ont fait appel à nous pour leurs GMAO : Bolloré Logistique Portuaire, GMP